7 façons d’améliorer votre vie sexuelle aujourd’hui

Lorsque vous n’êtes pas satisfait du sexe que vous avez, savoir par où commencer pour l’améliorer peut vous sembler accablant.

C’est particulièrement vrai dans les relations à long terme, où vous êtes coincé dans des routines fixes et des habitudes difficiles à rompre.

Mais une meilleure sexualité peut commencer par quelque chose d’aussi petit qu’un long baiser d’adieu ou un changement d’orientation vers la qualité plutôt que la quantité.

“Des choses comme un baiser de six secondes ou des attouchements plus fréquents, l’augmentation de l’intimité physique ou de la connexion émotionnelle, tout cela fait une grande différence

“Vous renforcez ce lien avec votre partenaire, vous montrez que vous vous souciez de lui.

Elle affirme que plus vous serez cohérent avec ces nouvelles habitudes, mieux ce sera.

“Souvent, il y a des avantages à long terme à faire ces choses – mais tout comme si vous allez à la gym une fois et que vous n’y retournez pas pendant deux mois – vous ne les verrez pas”.

La lecture de thèmes intimes comme la communication et le consentement peut également contribuer à élargir votre horizon sexuel, explique Mme Mourikis.

Nous énumérons ici sept choses que vous pouvez faire pour améliorer votre vie sexuelle aujourd’hui.

1. Discuter

Nous devons d’abord faire connaître ces conseils prévisibles – car bien que la communication soit l’une des meilleures choses que l’on puisse faire pour apprécier le sexe, beaucoup d’entre nous ne le font pas assez.

Si vous trouvez difficile de parler de sexe, c’est compréhensible, explique la sexothérapeute.

“Et si je suis jugée ? Et si j’ai l’air bizarre ? Et si mon partenaire en parle à quelqu’un d’autre ? Et si mon partenaire rompt avec moi ?” sont quelques-unes des pensées qui nous passent par la tête, dit-elle.

Mais le fait d’évacuer les sentiments gênants peut conduire à des conversations qui vous apprennent à vous connaître, vous aident à vous sentir plus confiant et à éprouver plus de plaisir par la suite.

Vous ne savez pas par où commencer ? Essayez le jeu de trois minutes.

Et pour les sujets plus délicats comme révéler un traumatisme sexuel passé ou parler des IST, par exemple, il existe des moyens de vous faciliter la tâche, comme la recherche de “drapeaux verts”.

Guide de conversation difficile
Silhouette d’un couple qui parle sérieusement pour une histoire sur la façon d’avoir une conversation difficile
Lorsque vous allez avoir une conversation potentiellement difficile, il est vraiment bon de la planifier et de s’y préparer – comme vous le feriez pour un entretien d’embauche ou un discours.

2. Arrêtez de comparer votre vie sexuelle

Si vous êtes occupé à vous demander si votre vie sexuelle est “normale” ou “anormale” par rapport à vos copains ou aux voisins du coin, vous ne laissez pas beaucoup de place pour vous concentrer sur le plaisir.

“Je vois des couples mignons sur Instagram ou dans la vie réelle, et je me demande s’ils sont vraiment amoureux après de nombreuses années de vie commune et s’ils font toujours l’amour tout le temps”.

Elle a ressenti une pression pour avoir des rapports sexuels un certain nombre de fois par semaine – en se concentrant sur la satisfaction d’un “standard” imaginaire – plutôt que d’avoir une intimité sexuelle de qualité.

Selon la sexologue, si nous pouvons d’abord nous concentrer sur le plaisir du sexe, la partie quantité se chargera d’elle-même.

“Plus la connexion sexuelle est bonne, plus vous aurez envie d’en faire l’expérience”.

3. Augmenter les contacts physiques en dehors de la chambre à coucher

Donner un baiser de six secondes à votre partenaire lorsqu’il vous dit bonjour ou au revoir – avoir cette connexion physique en dehors du sexe – peut accroître le sentiment d’intimité.

Mme Alice recommande également de prendre un bain ensemble, de ne pas oublier de faire des câlins (pas seulement lorsque vous vous saluez) et de se faire des massages sans s’attendre à ce que cela conduise à des rapports sexuels (mais c’est cool si c’est le cas !).

“Il existe de nombreuses façons de se connecter sexuellement et intimement”, dit-elle.

“Aussi, il faut se concentrer sur la performance et sur ce qui n’est pas possible. Regardez plutôt ce qui est agréable et ce qui est possible – cela vous amènera forcément dans des endroits où l’on s’amuse”.

Il est également très important de savoir si vous faites l’amour par devoir ou pour le plaisir (qui peut être physique ou émotionnel).

amour

4. Renforcer la confiance sexuelle

Beaucoup de gens confondent la confiance sexuelle avec le fait d’être “bien au lit” ou “d’avoir chaud”.

En réalité, la confiance sexuelle est fluide, et chacun peut construire la sienne avec les bonnes connaissances et le bon état d’esprit.

“J’ai du mal à maintenir un contact visuel pendant les rapports sexuels et je me mets dans la tête de mon partenaire pour savoir à quoi je ressemble. Cela affecte le plaisir que je suis capable de donner et de ressentir”, nous a confié Max*, 32 ans.

Pour se sentir plus sûr de soi sur le plan sexuel, il faut connaître tous les corps et les bons corps qui méritent le plaisir, comprendre l’impact de la culture sur notre image corporelle et apprendre à communiquer ses désirs à son partenaire sexuel.

Un “bon” corps n’a pas une apparence particulière. Il vous aide à vous déplacer dans le monde, c’est donc un bon corps”, explique Mme Mouri.

5. Apprenez à connaître votre corps (et celui de votre partenaire)

Il est important d’apprendre à connaître son propre corps et celui de son partenaire. Même si vous partagez la même anatomie, ce qui leur fait du bien peut être différent de ce qu’il en est pour vous.

La masturbation est un excellent moyen de découvrir ce que vous faites et ce que vous n’aimez pas.

“La source ultime de sagesse de chacun sur sa propre sexualité est son propre corps”, explique le Dr.

Pour en savoir plus sur le corps et les désirs de votre partenaire, vous pouvez commencer par vous renseigner sur le consentement actif.

La communication claire et honnête sur les relations sexuelles ou les fantasmes  qui accompagne le consentement actif signifie que nous n’avons pas à remettre en question chaque geste. Nous pouvons “sortir de notre tête”, dit Mme Ko.

“Ensuite, notre tête et notre corps sont libres de plonger pour profiter de l’expérience”.

Et pour ceux qui ne sont pas familiers avec le clitoris, largement méconnu, préparez-vous à être époustouflés. Le clitoris est composé de quatre parties et mesure 9 centimètres de long.

6. Reconnaître la douleur et l’inconfort

Les données australiennes montrent que 20,3 % des femmes et 2,4 % des hommes ont éprouvé des douleurs physiques lors de rapports sexuels.

Et les femmes ne sont pas seulement plus susceptibles d’avoir des relations sexuelles consensuelles qui sont mauvaises, douloureuses et insatisfaisantes, elles sont aussi socialisées pour privilégier le plaisir des hommes par rapport au leur.

Mais il y a plusieurs choses que les femmes peuvent faire pour apprendre à donner la priorité à leur propre plaisir, notamment se masturber, parler à leur partenaire et chercher un soutien extérieur.

“Parlez de ce qui vous procure du plaisir et de ce qui n’en procure pas – ayez une conversation ouverte sur les véritables enjeux”.

Si votre partenaire trouve le sexe douloureux ou inconfortable, vous pouvez le soutenir en renégociant l’intimité, en ayant un plan B et en faisant des recherches sur la maladie.

“Les partenaires [des personnes qui souffrent de douleurs sexuelles] peuvent avoir une plus grande influence sur les résultats sexuels douloureux qu’ils ne le pensent probablement”, déclare Mme Nourine.

7. Envisager de consulter un thérapeute

Parfois, une tierce partie peut nous aider à résoudre des problèmes que nous trouvons difficiles à résoudre.

La thérapie sexuelle peut aider à l’éducation sexuelle, aux traumatismes sexuels, aux questions d’intimité, aux difficultés physiques, aux problèmes relationnels, à l’absence ou au fort désir, à la douleur sexuelle et bien d’autres choses encore.

Cet article ne contient que des informations générales. Vous devriez envisager d’obtenir un avis professionnel indépendant en fonction de votre situation particulière.